Vous êtes ici

Partager sur

Des témoignages

Donner et recevoir... Voilà deux mots qui résument parfaitement l'esprit de solidarité et d'entraide qui anime les artistes et la Fondation des artistes. Une solidarité qui s'exprime dans les témoignages présentés ci-dessous :

J’ai reçu

« Je suis citoyenne, actrice et aussi mère de Maël, maintenant en 2e année au primaire. Il y a quelques années, Maël a reçu un diagnostic d’hypersensibilité sensorielle. Après avoir slalomé tant bien que mal avec ce diagnostic, en 2018 nous avons vécu une catastrophique remise des bulletins. Maël était en échec scolaire et aussi et surtout, émotivement. Mon petit de huit ans pleurait qu’il ne comprenait rien, qu’il n’était pas bon, qu’il n’aimait pas l’école, que c’était trop dur, trop long… Et que, contrairement à son grand frère, il n’y arrivait pas. Il m’a fallu un long moment pour réussir à le calmer. J’étais au bout de mes ressources financières pour réunir les fonds qu’exige ce qu’on appelle "le privé". Chaque parent, surtout ceux dont un enfant est appelé "autiste\sur-le-spectre-de" me comprendra.

J’ai donc envoyé un courriel à la Fondation des artistes. Comme une bouteille, qui voudrait bien être une bouée à la mer. Comment vous expliquer combien la vélocité et l’humanité de leur réponse m’ont émue aux larmes? Ces gens changent des vies. Nos vies. Ma vie. Et celle de mon fils. Les premiers résultats des évaluations de la clinique nous parviennent, et déjà son premier test QI démontre un niveau d’intelligence "supérieure". Tout un recadrage pour quelqu’un qui vit des échecs à répétition! Il ne représente plus une carence, ni un accroc, ni quoi que ce soit "en dessous". L’aide commence à arriver, entre autres la réservation d’une place l'an prochain dans une classe où seulement huit élèves pourront évoluer.

La Fondation des artistes donne les moyens d’avoir de l’espoir. Du soulagement. Et des actions concrètes. Un immense merci à toutes ces personnes humaines qui oeuvrent avec coeur, diligence et sensibilité. » 

Alexandrine Agostini

« Je suis danseur, et c'est à la suite d'une blessure que j'ai fait appel à la Fomdation des artistes. Mon métier dépend de mon corps, donc ça a été un gros choc. Aujourd'hui, je suis 100% de retour au travail, en santé et plus sécuritaire. C'est en grande partie grâce au soutien de la FDA que je me suis rapidement remis. Merci beaucoup à vous qui nous êtes d'une grande aide en cas de coup dur! » Tommy Tremblay

« Malgré le déclin constant de ma fille Violette, diagnostiquée en 2014 d’une maladie neuro-dégénérative de type Alzheimer, je retrouve, grâce à l’aide de la Fondation des artistes, des forces et une énergie pour la poursuite des choses. Ce soutien m’offre du répit et des nuits de sommeil, ce qui n’a pas de prix. L’aide de la Fondation a soudé mon lien d’appartenance et cette fierté d’être une artiste, qui restent en moi et m’aident à continuer à aller de l’avant. » Chantal Provost

J’ai donné

« Nous pratiquons un métier à la fois extraordinaire et terriblement exigeant. Un métier qui s’inscrit dans un univers fragile et précaire. L’insécurité est intimement reliée à notre quotidien. Depuis sa création, la Fondation des artistes a admirablement répondu aux objectifs qu’elle s’était assignés. Elle a toujours été présente pour soutenir, conseiller et secourir celles et ceux qui en avaient le plus grand besoin. Notre métier est essentiel à la vitalité de notre culture et au cheminement de notre société. Il lui assure sa part de rêve et de poésie. Aidons la Fondation des artistes à poursuivre son précieux mandat. » Andrée Lachapelle

« L’univers de la création est un monde d’extrêmes. Cette société profite tous les jours des produits et effets qui découlent de la démarche des artistes. Il y en a des extrêmement populaires, mais trop souvent des extrêmement dépourvus financièrement. Pixcom appuie sans réserve la mission de la Fondation des artistes. Nous n’aurions jamais pu être ce que nous sommes devenus sans ces personnes extrêmement nécessaires. » Jacquelin Bouchard

« Nous savons tous que les artistes doivent composer, tout au long de leur vie et de leur carrière, avec une précarité d’emploi qui n’est jamais facile à vivre, en particulier lorsque les temps sont durs comme aujourd’hui. Les passages à vide sont fréquents et les succès sont rarement garants des lendemains. Lorsque je pense à la Fondation, je pense à mes confrères et mes consoeurs qui sont en difficulté et qui ne savent peut-être plus vers qui se tourner. Je pense aux aînés qui ont tant donné, qui parfois ont tracé le chemin pour les générations suivantes, et qui méritent qu’on ne les oublie pas… Un grand merci à vous tous qui contribuez à la Fondation. » James Hyndman